Contact Info
(+33) 07 66 27 80 61 info@experistransit.com Park Artisan ZA les gros, 91610 Ballancourt sur Essonne
Suivez-nous sur les réseaux

Quand on vous dit d’être patient… #apérotelling2

Quand on vous dit d’être patient… #apérotelling2

Il y’a des jours avec, il y’a des jours sans. Et ce jour-là, c’était clairement un jour sans. On chante à qui veut l’entendre que l’entrepreneuriat c’est la nouvelle gloire mais entrez-y pour voir, c’est sûr, vous ne serez pas déçu. Tellement de leçons de vie, tellement de situations, je vous raconte ici dans cet #aperotelling2 un épisode qui m’a appris une bien belle leçon. C’est parti ! #danslescoulissesdexperis

Comme à mon accoutumé un jour par semaine, je prends ma voiture pour me rendre dans mes entrepôts à une heure de chez moi ( le rapport qualité-prix est excellent même si les bouchons pour y aller auront bientôt raison de moi). Mon téléphone sonne et j’active le bluetooth de la voiture pour répondre, c’est sans doute un client. Alors que ma voix laisse paraître un très très grand sentiment d’amabilité, c’est des hurlements que j’entends de l’autre côté du téléphone. Ce client est carrément mécontent car le container dans lequel se trouve ses colis subit un retard, je l’avoue bien conséquent. Malgré le suivi du container sur le site de la compagnie maritime qui atteste pourtant du retard du bateau, ce client pense sincèrement que je suis la cause de ce retard. OK.

Alors je lui explique avec des mots très simples et avec toute la patience que je peux avoir face aux torrents d’insultes que je reçois, ce client ne veut rien entendre et me demande de lui rendre ses colis. J’insiste pour lui expliquer que les retards de bateaux ne sont absolument pas de mon fait, lui, ne veut pourtant rien entendre. Un dialogue de sourd se met alors en place. Qui cèdera et finira par entendre raison ?

Au bout d’une demi-heure d’explications de mon côté et de menaces de son côté, j’avoue, j’ai perdu patience. Pour ma gouverne, j’étais coincée dans les bouchons depuis que ce client m’avait appelé et je roulais littéralement à 5 à l’heure sous un soleil de plomb. Malgré la climatisation de la voiture, la température de mon corps était déjà tellement montée que j’avais chaud, j’avais vraiment chaud. C’est pourquoi à un moment donné, j’ai vrillé sec en lui hurlant dessus parce que j’avais l’impression de parler à un mur. Manque de bol, j’ai cogné la voiture devant moi qui venait juste de s’arrêter. A peine le temps de réaliser ce qui venait de se passer que je vois sortir de la voiture un homme hyper baraqué et carrément en colère de s’être fait rentrer dedans. Mais la tête qu’il a fait quand il a vu ma tête à moi dépitée, toute la colère qui l’avait envahie est d’un coup redescendue. Il a simplement regardé son pare-chocs arrière qui n’avait rien et m’a quand même bien toisé.

Quand il est remonté dans sa voiture, j’ai juste mis fin à la conversation avec le client en lui disant de mettre ses menaces à exécution et j’ai raccroché. J’ai pris une belle respiration et j’ai bu de l’eau. Morale de l’histoire, il est important, malgré la situation difficile quelle qu’elle soit, de savoir à tout prix garder son sang-froid. S’il y’a bien une chose que l’entrepreneuriat m’apprend de plus en plus, c’est la patience. La patience face à des situations difficiles, la patience finit toujours par triompher. Quelques jours seulement après cet épisode, le bateau accosta enfin au port de Douala et le client était bien content de récupérer son colis. Je n’entendis plus jamais parler de lui mais cet épisode est resté gravé en moi. Je me suis donc promis de ne plus jamais perdre patience, peu importe la situation.

En ce moment, la situation du fret maritime est un peu chaotique face à la guerre que se livre la Chine avec les pays du Nord. Par conséquent, les porte-conteneurs subissent de plus en plus de retards et frais n’arrêtent pas de grimper. Tous les jours les clients se plaignent des coûts qui augmentent et la seule chose que je leur ressasse sans cesse est la patience.

Soyez patients, la patience finit toujours par triompher 🙂